Soyez le premier : L’art, la manière et le moment de présenter son projet

décoration & design, règlements et accords municipaux

Vous avez pris votre décision et vous êtes prêts à passer à l’acte. Ce nouveau bâtiment intelligent ou cet agrandissement de maison que vous mijotez dans votre esprit depuis si longtemps est sur le point de devenir réalité. Plusieurs dossiers de vie importants sont en jeu : développement personnel, échéancier, finances, et autres gros calibres du type. Puis, le défi qui suit pourrait ne pas vous paraître si important, mais pourtant il l’est terriblement. Vous devez maintenant communiquer vos besoins sous forme de projet à l’architecte et, si cette étape critique n’est pas menée adéquatement, vous pourriez vous dirigez tête première dans le mur.

Au cours de mon expérience professionnelle, environ un tiers des projets qui m’ont été présentés étaient le résultat d’un mauvais départ. Des clients déposant devant moi un amas de plans inutiles élaborés par d’autres, mal amorcés et représentant une coûteuse perte d’argent, de temps et d’énergie. Trop souvent, ce faux départ aurait pu être évité si seulement le propriétaire avait été conscient de la façon qu’il ou elle aurait pu mieux se faire comprendre et ainsi communiquer ses besoins.

Donc, afin d’accroître les chances que vous puissiez connaître un excellent départ, voici quelques conseils sur la manière de présenter votre projet et son programme. Étant le premier en ligne dans la chaîne de commandement, il est important que vous soyez équipé d’une stratégie de communication.

Règlements et accords municipaux

Étonnamment, le point de départ le plus couramment utilisé par les clients pour communiquer leur intention de projet lorsqu’ils approchent un architecte est de lui relater l’information verbale ou écrite que leur auront fournie les instances municipales. Plus souvent qu’autrement, ils négligeront de lui expliquer ou ne survoleront que très sommairement les intentions premières qui auront alimenté leur besoin d’un bâtiment ou de son agrandissement. Parfois, pour des motifs un peu obscurs, ils tiendront leurs discours autour des seules exigences que leur municipalité leur aura imposées en vue de l’obtention d’un permis de construction, plutôt sûrs d’eux‐mêmes tant qu’à la faisabilité de leur projet. Il s’agit là, malheureusement, d’une approche imparfaite, puisqu’il y a bon nombre d’autres facteurs majeurs pouvant prohiber la réalisation de leur projet tel qu’ils l’avaient imaginé.

Bien sûr, il est essentiel de tenir compte des règlements de zonage ou autres émises par la ville pour en évaluer la faisabilité, cependant ceux‐ci devraient être joints à l’ensemble d’autres facteurs préliminaires ayant également le pouvoir d’empêcher un projet de voir le jour. Les limitations légales imposées par le Code civil, les servitudes avoisinantes et le Code national du bâtiment peuvent tout autant faire avorter un projet. Les propriétaires devraient prendre le temps de faire un survol complet de leur intention de projet au professionnel et ne pas simplement croire que l’autorité municipale incarne le seul véritable obstacle devant être franchi.

Images

L’usage de photos d’atmosphères et de bâtiments que vous trouvez inspirants aideront certainement le concepteur à mieux saisir vos goûts. Toutefois, il est déconseillé de demander ou d’espérer de lui qu’il reproduise ce que vous lui avez montré en images. D’abord, presque tous les projets sont des prototypes, ce qui veut dire qu’ils sont tous et chacun unique en soi. La configuration du terrain, les règlements d’urbanisme et les conditions existantes du bâtiment peuvent empêcher l’architecte de reproduire les designs que vous considérez cuisinés parfaitement au goût de votre palais. De plus, il vaut mieux choisir un architecte dont le travail partage des similarités à votre coiffe plutôt que de lui demander d’entretenir un style qui ne lui correspond pas. Une multitude d’architectes offrent leurs services, alors, n’hésitez donc pas à magasiner un peu ! Aussi, il vous est ici fortement recommandé de ne jamais demander à un architecte de reproduire des plans de maisons préconçues. Le droit d’auteur qui protège les architectes contre le vol de leur travail les prohibe également de répliquer les plans produits par autrui.

L’auto‐griffonnage

Souvent, les propriétaires prennent le temps de matérialiser leurs idées sur papier. Ils arrivent avec des esquisses réalisées sur feuilles quadrillées ou, de façon plus audacieuse à cette ère des logiciels facilement accessibles, élaborent des plans via DAO (dessin assisté par ordinateur) ou même des modèles 3D numériques. Bien que cela puisse potentiellement être utile à l’architecte, les propriétaires doivent garder en tête que le design est à 100% un effort multitâches. Des clients sont déjà venus me voir avec des modèles réalisés sur SketchUp en espérant que je ne fasse que transposer leur concept en dessins de construction. Attention ! Les conditions structurales existantes de l’édifice, le passage de la mécanique et du gainage, les contraintes du Code du bâtiment, la vérité au sujet des épaisseurs de murs, de planchers et de toiture adéquates, et plusieurs autres considérations sont autant de raisons qui me poussent parfois, de force, à enfiler le sombre pardessus du porteur de mauvaises nouvelles. Vos esquisses sont bien, on les aime !, mais laissez tout de même à l’architecte le soin de concrétiser vos idées. Vous éviterez ainsi de brouiller les premiers échanges qui idéalement devraient plutôt s’apparenter à un rendez‐vous galant fort prometteur.

Le Grand Trio

Si vous croyez être sur le point de vous taper un repas pauvre en nutriments, détrompez‐vous. Ce rapport triangulaire qui vous est offert à l’écran est une notion souveraine largement acceptée entre professionnels de l’industrie, et devrait plutôt vous enrichir. Le Grand Trio est l’interrelation close entre budget, qualité et échéancier. Dès que vous vous mettez à pousser sur l’un de ces trois éléments, les deux autres s’en trouvent directement affectés. À partir du moment que vous optez de mettre l’emphase sur plus d’un de ces éléments à la fois, plus compliqué ou irréalisable votre projet deviendra. Être entièrement transparent à propos de ces trois items dès le départ aidera au succès de votre projet.

Le nombre de propriétaires « protagonistes »

J’ai déjà été impliqué dans un projet de rénovation de restaurant où les trois partenaires associés ainsi que le fondateur semi‐retraité devaient tous donner leur approbation à chacune des étapes de réalisation. Bien que le design ait fini par aboutir et que le projet ait été un succès, de nombreux maux de tête inutiles, chamailleries, conflits d’égos et retards au cours du processus ont été ainsi provoqués. Si vous ne pouvez éviter de devoir gérer un dossier de projet à plusieurs décideurs, assurez‐vous au moins de nommer un porte‐parole qui transmettra à lui ou elle seul les décisions à l’architecte au cours de son développement.

Bon timing

Finalement, le timing est très important. Vous avez  sûrement hâte d’aller de l’avant avec votre projet. Mais aussi longtemps que vous n’aurez pas rassemblé et réglé certains des essentiels de communication discutés ci‐haut, vous risquerez de perdre votre temps ainsi que celui des autres intervenants dans ce qui pourrait être une très courte, ou pire encore, inutile aventure. Rappelez‐vous que vous êtes le premier en ligne dans l’assemblage d’un projet de bâtiment, de rénovation ou de décor. Être attentif au bon usage de vos outils de communication vous placera sur le podium et vous serez amplement récompensé par un défi réussi duquel vous vous en tirerez médaillé.

SmartReno peut vous aider à trouver le bon entrepreneur pour votre projet de Décoration & Design

Trouvez-moi un entrepreneur
partager:
Auteur
Architecte en pratique privée à Montréal, Stéfan Marquis gagne le cœur de sa clientèle grâce à son soucis de l’expérience vécue et du résultat accompli. Son approche inclusive et participative est véhiculée par le biais de l’équipe, où le client est un membre actif. Ses interventions sont présentes dans toutes les familles d’usages, que ce soit dans les quartiers historiques à très fort caractère patrimonial, les foyers résidentiels, ou les terreaux fertiles aux idées [...]